La palette de Pierre

La palette de Pierre

2ème concours de texte

Ma deuxième participation à un concours de texte

 

concourstextevacancesenfance1.png

 

 

 

Le thème de ce concours de texte organisé sur la plateforme B4E en septembre/octobre 2015 par Natacha était le suivant :

 

Racontez-nous en quelques lignes (maximum 30) votre plus belle histoire de vacances lorsque vous étiez enfant. 
Vous avez tous des souvenirs de vacances lorsque vous étiez enfant. 
Vacances passées chez "Papy et Mamie", chez "Tonton et Tata", chez un copain ou copine, dans une colonie de vacances, un camping, à la plage, à la montagne, etc ....

 

Après avoir hésité quelque peu, compte tenu de mon jeu de souvenirs d'enfance, j'ai choisi de revisiter la mémoire de nos jeux d'enfant en vacances à la campagne chez mes cousins avec une "chute" légèrement aménagée (prénoms changés).

 

 En voici le texte :

 

 

- MA PLUS BELLE HISTOIRE DE VACANCES D'ENFANCE 

 

Nous venions tout juste d’enfourner de larges tartines dégoulinantes de mirabelle que nous disputaient les guêpes, quand jaillit ce cri : « Au secours, au secours ! » 

- C’est Henry, dis-je à mon cousin Luc.  

- Ça vient de la grange, oui, c’est ton frère.

 

Le temps de courir à l’autre bout de la ferme, dépassant le tas de fumier en évitant d’y glisser comme l’autre fois, que Mimi était déjà sur place. Ah, Mimi, l’ouvrier agricole venu du Nord, avec son accent qui nous faisait  tant rire… 

- Ah ben, l’chtio père l’est monté dans l’paille !  souffla-t-il en s’épongeant le front. 

- Il a dû aller voir les chats, les petits de Minouchette. 

- Pour sûr qu’c’est pour les chats. Mais va s’noyer dans l’foin !

 

Il se saisit de l’échelle en fer puis se hissa en haut du premier mur fait de tuiles plates et de charpie si caractéristiques de la Champagne pouilleuse. Il gravit ensuite la première rangée des balles de paille entassées du sol au plafond, à près de 15 mètres de hauteur. Puis il rampa doucement jusqu’au « puits » s'ouvrant verticalement entre des dizaines de bottes et de gerbes défaites. Et il le vit. Henry était tombé, ou plutôt avait glissé 5 mètres en dessous, coincé la tête en bas, accroché à un drôle de tissu qu’avait dû voler la Minouchette. Il ne pleurait pas, mais il couinait, tout comme les chatons. Seulement, Mimi ne pouvait pas l’atteindre tant le passage était étroit.

 

Entre temps, toute la famille  accourut derrière tante Paulette et mon oncle Jules qui nous pinça sèchement la joue, ignorant nos protestations. Mimi eut alors l’idée de lui tendre le manche d’une longue fourche à foin qu’Henry réussit à saisir. Il le hissa vigoureusement puis le descendit par l’échelle. On n’en menait pas large, mais ce n’était rien à côté de mon frère qui se mouchait dans son tissu, découvrant ses larmes.

 

- Mais que, mais qu’est-ce donc que cette étoffe-là, dit soudain notre oncle ?

- C’est aux chats.

- Mais, mais c’est une culotte ? Mais, on dirait ben que… ah la bougresse ! 

- Pour sûr, qu'c'est l'culotte de ch'mère, pouffa Mimi ! Tante Paulette avait filé...

 

Et chacun retourna sans un mot vers la maison grande, en traversant la cour la tête basse. Et curieusement, nous n’avons pas été grondés. Personne ne parla jamais plus de cette histoire, pas même à nos parents quand à la fin de l’été, ils vinrent nous rechercher, heureux de nos vacances à la campagne.

 

 

Résultats ?

 

Une place de 3ème pour un podium bien sympathique, dont voici le lien des 5 premiers.

A noter mon coup de coeur pour la 1ère (Givre de lune)  !

 

824122results.png

 

 

Je vous invite vivement à lire leurs histoires aussi originales qu'émouvantes (cliquer sur chaque lien ci-après) :

 

Givre de lune

lanuditedelesprit

lapalettedepierre

Lutine

Jabaettig

Pat21

 



05/10/2015
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 74 autres membres