La palette de Pierre

La palette de Pierre

Chant lyrique


L'hommage de Lara...

coucher soleil crète 2.jpg

 

 

L'hommage de Lara... 

 

 

Omar Sharif vient de s'éteindre. 

Il restera à jamais présent dans mes songes d'enfant lorsque je tressaillais devant l'écran des dunes de sable en écho aux cavalcades effrénées, ou que je tremblais sous le froid cristallin de la datcha de Varykino.

 

L'an passé, j'avais composé cette chanson en image à Lara mais aussi à Scarlett, toutes deux soudées dans une même passion d'amour et de liberté.

Voir :  ce lien

J'avais donc réécrit "la chanson de lara"  en empruntant sa mélodie, que vous pourrez donc fredonner en activant l'onglet musical suivant...

 

 

lac gelé 2.jpg

 

 

 

 

  

 

 

Autant en emporte Lara

 

 

 

Un champ Tara

De blanc coton soyeux

Ton chant Lara

Aux accents si précieux

   

Une toile Tara

De lin blanc sacrifié

La vue Lara

De ton corps magnifié

 

Au loin l'horizon se déchire

Ici, la plaine qui t'inspire

 

  

 

Du bois Tara

De ta palette brisée

La soie Lara

Pour l'aquarelle trempée 

 

Carmin Tara

Quitte la badinerie

Tilleul  Lara

Ta liberté fleurie

 

Au loin l'horizon se déchire

Ici, la plaine qui t'inspire

 

 

  

Le vent Tara

Souffle de noirs fusains

Le givre Lara

Ne fige plus tes mains 

 

De jais Tara

Tes chevaux affolés

Jonquille Lara

Tes cheveux démêlés 

 

Au loin l'horizon se déchire

Ici, la plaine qui t'inspire

 

  

 

Sombre Tara

Des hommes au cœur d'airain

Fidèle Lara

À la mine d'étain 

 

L'Outrage Tara

C'était là ton destin

L'hommage Lara

D’un drapé de satin 

 

Au loin l'horizon se déchire

Ici, la plaine qui t'inspire

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Juin 2014

 


10/07/2015
19 Poster un commentaire

Lorelei

https://static.blog4ever.com/2014/05/773720/Lorelei.jpg  

 

Lors d'une croisière romantique sur le Rhin, j'avais été séduit par la légende de la Lorelei (Die Lorelei).

 

Elle conte l'histoire de tant de marins qui, sous le charme du chant de la belle Lorelei, avaient chaviré pour s'être approchés trop dangereusement des rochers qui affleurent à cet endroit. Le rocher surplombant de 132 m le Rhin à cet endroit, le réduit d'un quart de sa largeur, créant des courants et tourbillons extrêmement violents. Le Rhin atteint là sa plus grande profondeur à 25 m.

 

Le grand poète allemand Heinrich HEINE contribua au romantisme de la légende dans un fameux poème sur la Lorelei paru en 1824, puis mis en musique par le compositeur Friedrich SILCHER. 

 

En cliquant sur la flèche verte  ci-dessus, vous accédez à cette musique enregistrée sur un orgue de barbarie de la vallée du Rhin à Rüdesheim am Rhein.

 

Il m'est venue l'idée, à mon tour de chanter la belle naïade au peigne d'or, sans aucune comparaison possible avec le  poème de HEINE su la Lorelei, vous vous en doutez.

 

J'y ajoute quelques photos personnelles prises sur place et sur le Rhin romantique.

 

Lorelei

 

 

J’aime à flâner au long des rives

Humant la brise d’un ciel plombé

Et m’enhardir sans que j’esquive

De grève ou d’eau, j’ai succombé

 

Ici le temps s’offre et s’expose

Aux rêves épris d’infinitude

Nuages fabuleux que je transpose

Me berçant de béatitude

 

La mélopée perce la brume

De ce matin couleur de lune

Le flot s’écarte, glisse l’écume

Fille du rocher, paraît la brune

 

Douce harmonie veut me séduire

Noyant mes sens sous l’ondoiement

Plongeant mon âme sans éconduire

Nymphe ou sirène au firmament

 

Charme doré de l’onde obscure

Ta peau nacrée se tend, m’envoûte

Je te désire fille de Mercure

Ton chant sacré sur moi s’égoutte

 

Ô Lorelei ! Ô désespoir !

Naïade ultime que nous ne vîmes

Gorge profonde au cœur d’ivoire

Brise mon cœur, fond dans l’abîme

 

 

Pierre Barjonet

Juin 2014

 

 

 

 

 

 

 


12/06/2014
2 Poster un commentaire

Autant en emporte Lara


 https://static.blog4ever.com/2014/05/773720/livre_106.gif

Autant en emporte Lara

 

Les destins croisés de la terre de Tara, la propriété perdue du Monde de Scarlett qui décline (Autant en emporte le vent), et de Lara l'héroïne de Jivago, m'ont inspiré cette " nouvelle chanson de Lara".

 

Un peu comme en peinture, entre Tara la sombre et Lara la douce, j'ai fusionné la mélancolie de leurs couleurs opposées mais complémentaires...

 

En cliquant sur le lien musical de cette page, vous pourrez la fredonner.

 

 

 

Autant en emporte Lara

 

Un champ Tara

De blanc coton soyeux

Ton chant Lara

Aux accents si précieux

 

Une toile Tara

De lin blanc sacrifié

La vue Lara

De ton corps magnifié

 

Au loin l'horizon se déchire

Ici, la plaine qui t'inspire

 

 

Du bois Tara

De ta palette brisée

La soie Lara

Pour l'aquarelle trempée

 

Carmin Tara

Quitte la badinerie

Tilleul  Lara

Ta liberté fleurie

 

Au loin l'horizon se déchire

Ici, la plaine qui t'inspire

 

 

Le vent Tara

Souffle de noirs fusains

Le givre Lara

Ne fige plus tes mains

 

De jais Tara

Tes chevaux affolés

Jonquille Lara

Tes cheveux démêlés

 

Au loin l'horizon se déchire

Ici, la plaine qui t'inspire

 

 

Sombre Tara

Des hommes au cœur d'airain

Fidèle Lara

À la mine d'étain

 

L'Outrage Tara

C'était là ton destin

L'hommage Lara

D’un drapé de satin

 

Au loin l'horizon se déchire

Ici, la plaine qui t'inspire

 

 

Pierre Barjonet

Juin 2014

 

 


06/06/2014
2 Poster un commentaire