La palette de Pierre

La palette de Pierre

NOUVEAUTÉS PICTURALES


Dernières toiles


J'ajoute ici, en sus de l'album photos déjà bien chargé* mes dernières réalisations.

 

Bonne visite !

 

(*mais cliquez sur les catégories et sous groupes)

 

 

 

 





23/05/2014
32 Poster un commentaire

Neiges d'antan

Neiges d'antan.jpg

 

 

Neiges d'antan - huile sur toile - 15F - février 2016

 

 

 

 

Voir mon poème " Fugue de neiges " qui l'accompagne : ICI

 

 

 

 

 

 

 Mes amies Françoise et Maridan de notre Blogosphère ainsi partagée,

ont eu la délicate attention de composer poèmes et graphique

complétant l'atmosphère de ma toile.

Qu'elles en soient ici, chaleureusement remerciées !

 

 

 

 

 

Le poème de Françoise complète harmonieusement l'aspect féérique dégagé par cette magnifique création animée de sa composition.

Vous les trouverez sur son blog,  ICI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le poème de Maridan est d’une infinie douceur cadrant parfaitement avec le froid du village et la voluptueuse quiétude de chaleur et tendresse de la maisonnée.

Vous le trouverez sur son blog,  ICI

 

 

 

Ce qui est formidable avec notre petite communauté de blogs,

c'est l'esprit de créativité solidaire et amicale qui s'en dégage !

Mille mercis à toutes deux pour votre délicate initiative

 

Pierre

 

 

 


23/02/2016
48 Poster un commentaire

La beauté de l'automne


automne top png 50.png

 

 

Huile sur toile - format 15P (65x50 cm)

 

 

 

 

 

LA BEAUTÉ DE L’AUTOMNE

 

 

Mon amie Françoise nous ayant offert de superbes « photos tableaux » consacrées cette fois à l’automne,

je lui dédie cette photo d’une toile que je viens d’achever avant l’hiver,

et qui s’inspire de sa publication.

 

 

 

 

 

Je suis donc parti de sa photo n°1.

Voir son article suivant ce lien : //www.monatelierdepeintre.com/la-beaute-de-l-automne

 

Sa photo/tableau :

 

 DSC_5251.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Voici donc mon « journal de bord »

 

 

 

    

J’observe la photo.

Cette photo est très douce, merveilleusement embuée d’une atmosphère envoutante.

 

J’en parlais ainsi :

 

 Capture d’écran 2015-11-12 à 12.13.59.png

 

 

 

Mais cette « photo/tableau » ainsi que Françoise désigne ses créations de « papiers d’argent numériques », appelle sa version entoilée, d’où mon projet.

Seulement, la peinture devra être traitée autrement que sous une forme approchante.

 

 

Je réfléchis, mais je ne trouve pas (encore) de réponse satisfaisante.

La photo ressemble à une soierie, une étoffe rare, mais pas à une toile comme je l’imagine.

 

Je me lance.

 

 

Je commence par décomposer  ce qui me semble traduire la trame de la photo, avec très vite ce que j’imagine être un point de fuite (dans le point supérieur droit).

Je conserve à proximité cette photo ainsi qu’un tirage non crayonné.

 

 

étapes 1.jpg

 

 

 

 

Je reporte ce croquis au crayon Conté sépia gras sur ma toile de lin

(format 15P, soit 65x50 cm)

 

 

 

IMG_5446.jpg

 

 

 

 

Les lignes de fuite me semblent évidentes et les figures géométriques tracées rapidement me donnent l’impression d’une sorte de danse qui s’organiserait autour d’un axe étoilé.

Je me dis que ce mouvement peut donner la profondeur qui manquait à l’interprétation entoilée de la photo.

 

À ce stade, j’envisage de combler ces facettes géométriques de taches de couleur organisées autour de ce mouvement.

 

 

 

Dont acte…

 

 

étapes 2.jpg

  

  étapes 4.jpg


  étapes 3.jpg

 

 

 

 

Ce que faisant, je me perds dans la (pro)fusion des teintes et j’abandonne assez vite ces sortes de lignes de fuite.

Me laissant gagner par la poésie trouble du sujet, je délaisse l’idée première d’une toile abstraite faite d’une addition de figures géométriques organisées autour d’un axe en perspective.

 

Du même coup, je multiplie mes teintes chargées de rouge de cadmium, rouge vermillon, ocre rouge, laque de garance, terre d’ombre brûlée, terre de Sienne, ocre jaune, jaune de cadmium, jaune indien, jaune de Naples, bleu de Prusse, bleu de cobalt, bleu turquoise et vert de chrome, sans oublier du blanc de zinc et de titane plus selon le cas, une pointe de gris de Payne.

 

J’utilise pour l’instant un mélange sec fait d’essence de térébenthine, de très peu d’huile de lin et de siccatif de Courtrai.

Je brosse largement avec des brosses plates de soies de porc (10 à 14).

 

Puis je me laisse aller.

 

Je joue avec les pigments.

 

 

Je me fonds dans la « photo » toile en adoucissant les délimitations des formes jusqu’à ce qu’elles n’existent plus, se perdant dans l’enchevêtrement des couleurs.

Je ne regarde pour ainsi dire, plus la photo.

 

 

Je maintiens cependant une sorte de « tranchée » reliant mon point de fuite initial, mais « séparant » verticalement en deux la toile.

Ainsi, les couleurs s’articuleront-elles autour de ce mouvement.

Je prends régulièrement du recul, observant ma toile et son modèle, en plissant les yeux.

 

 étapes (1).jpg

 

 

 

Je vais même jusqu’à la poser à l’envers, tête en bas sur le chevalet pour tenter d’en lire sa cohérence de teintes ; la tranchée est une évidence, ainsi que les coups de brosse nettement marqués, à maintenir !

 

 

envers.jpg

 

 

 

 

Quand surviennent quelques problèmes…

 

En regardant ma toile rapprochée de son modèle photographique, je suis assez satisfait des teintes.

 

 

Mais en visionnant les premières photos que j’en ai prises, placées en vis-à-vis du modèle, c’est la catastrophe.

La toile m’apparaît nettement trop violacée, tirant vers le bleu plus que le rouge, le rose… Me serais-je trompé ?

 

Je file allumer mon écran pour visionner la photo originale de Fran, non le tirage papier A4 que j’en ai fait. Mais bien sûr, tout est limpide !

Comment n’y ai-je pas pensé plus tôt ?

 

 

L’écart de couleurs entre l’écran et le tirage papier, donc l’imprimante, relève d’un problème bien connu qui passe par le calibrage de l’écran.

Mais c’est complexe à réaliser (sonde + logiciel…), donc j’opte plutôt pour  la solution suivante.

Je photographierai désormais ma toile et son modèle, côte à côte, pour une même vision d’écran, comme cela :

 

 

 IMG_5463.jpg

 

 

 

Vous voyez les différences de colorimétrie ? De quoi y perdre son latin…

 

 

 étapes (2).jpg

 IMG_5484.jpg

 

    

Ah, j’oubliais. J’ai avancé…

 

J’ai repris vigoureusement ma peinture, mais cette fois en la travaillant dans la masse plutôt qu’en surface, et en utilisant un médium gras (toujours peindre gras sur maigre et non l’inverse ; sinon, gare aux fissures du séchage).

 

Pris par mon élan, j’ai trop blanchi les fleurs. 

De même, je n’ai pas suffisamment donné de nuances chaudes, orangées, ce que je corrige par des à plat de couleur (à l’huile, tout se mélange aussitôt, donc il me faudra attendre le lendemain pour mieux rectifier les teintes). 

 

Enfin j’opte pour un contraste davantage marqué » que la photo originale, en laissant quasiment tomber mon point de fuite initial. 

Je lui préfère cette tranchée du tiers bas qui maintient deux zones de relief servant d’appui à la composition.

 

 

 

 

étapes (3).jpg

 

 

 

 

Il me reste à donner de la matière aux couleurs, en rééquilibrant les teintes et en formant plus précisément les taches de lumière et les zones d’ombre, tout en tentant d’harmoniser la profondeur par les reliefs qui jouxtent la tranchée.

 

 

Puis je trace rapidement des traits désordonnés figurant des tiges ou lianes de fleurs…

 

 

 étapes 1 (1).jpg

 

 

 

Encore quelques détails, corrections de teintes moins violacées et plus roses, accentuations de lumière et d’ombre en utilisant un médium flamand sur mes couleurs presque sèches, en fines couches durant différents moments des journées, un peu comme un glacis pour donner de la transparence en fusion de teintes.

 

Reste à porter un ultime regard en donnant davantage de rythme aux semblants de pétales, en retravaillant les roses à grand renfort de vermillon coupé de jaune de Naples puis…

Vient le moment fatidique où je décide d’arrêter définitivement en signant la toile.

 

Pierre, novembre 2015

 

 

 

Avec tous mes remerciements à Françoise !

Je vous invite instamment à visiter ses deux merveilleux blogs :

 

//www.monatelierdepeintre.com

 

et

 

//www.doc-photos.com 

 

 

 

 

 

   automne top png 50.png

 

automne 2 (5).jpg



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


20/11/2015
34 Poster un commentaire

Le Salagou

Salagou toile 2.jpg

 

 

 

Le Salagou

 

Huile sur toile 20F (73x60 cm)

Octobre 2015

 

 

Cette toile est à rapprocher de mon poème consacré au Lac du Salagou dans l'Hérault (lien : Torpeur)

J'ai voulu traduire toute la fierté de la Ruffe, cette terre d'ocre très rouge,

si caractéristique de cette région sauvage mais hospitalière.

J'ai souhaité retransmettre combien les blés sauvages et les herbes s'imprègnent de l'éclat du soleil omniprésent.

J'ai donné à ces terres d'ocre et d'or tacheté de vert,

le bleu de ce ciel d'été méditerranéen.

 

Et si d'aventure, vous vous enfoncez dans ce paysage de feu, contournant la colline par le sentier que je vous ai tracé,

vous plongerez vos mains dans la Ruffe fameuse,

cette terre ancienne de 250 millions d'années,

puis en les frottant l'une contre l'autre, peut-être percevrez-vous les pigments de mes couleurs, l'odeur du thym et de la sarriette, le chant des cigales et une irrépressible envie de vous désaltérer...

 


27/10/2015
34 Poster un commentaire

L'anse du volcan perdu

https://static.blog4ever.com/2014/05/773720/l--anse-du-volcan-perdu.jpg

 

Huile sur toile 15F (65x54 cm)

Juin 2015

 

Je me suis attaché à donner vie au vieux volcan éteint et à cette anse sur laquelle les rouleaux déroulent leurs vagues. 

Le ciel donne la mesure au rythme de l'onde, tandis que les falaises de basalte sombre s'échouent sur la grève en ourlant la vapeur des flots, à défaut de lave...


15/06/2015
8 Poster un commentaire

Cadre fait main

Cadre fait main

Un peu de travaux manuels...

 

J'ai réalisé un cadre à partir de baguettes de bois que j'ai vernies (acajou) avec une petite moulure que j'ai dorée. Puis j'y ai insérée une marie-louise de toile greige que j'ai peinte.

 

Mais afin de ne pas être influencé par mon tableau, j'ai réalisé ce cadre "à l'aveugle" dans mon garage, sans le voir, simplement avec les vernis et mes tubes de peinture à l'huile.

 

En fait, il aurait été plus logique que je m'exécute quand j'avais encore ma palette de nuances.

Mais finalement, le résultat ne m'a pas déçu, comme quoi le hasard n'existe pas totalement...

 

cadre pavots 3.jpg

cadre pavots 1.jpg


cadre pavots 2.jpg


14/10/2014
19 Poster un commentaire

Les Pavots

https://static.blog4ever.com/2014/05/773720/Les-Pavots.jpg

 

Je me suis attaché à la lumière de ce presque couchant dardant ses rayons, par une percée dans les nuages que l'on ne voit pas, sur ces pavots sauvages. J'ai utilisé du glacis (médium Flamand) afin d'étoffer la réverbération des pavots et coquelicots orangés des premiers plans. Cette chaude ambiance des premiers plans contraste avec le contre jour donnant sur la mélancolie froide du fond ; la toile étant "coupée" en deux, dans une oblique rappelée par cette "tranchée" à travers champ causée peut-être par la halte d'amants passionnés ?


19/06/2014
27 Poster un commentaire

Notre-Dame de la Paix au Pouldu (29)

https://static.blog4ever.com/2014/05/773720/artfichier_773720_3830108_201406105600292.jpg
 

Je viens de terminer cette huile sur toile. 

Voir dans la galerie huile/paysage.

En voici la légende : 

J'ai pris beaucoup de plaisir à jouer avec les contrastes de ce paysage à contre jour mettant en évidence la La Chapelle Notre-Dame de la Paix au Pouldu (Finistère), si belle, légèrement ténébreuse et qui inspira tant de peintres... et pas des moindres, dont Gauguin. A mon tour de traduire ce qu'elle m'inspire mais bien entendu, en me démarquant modestement de mes illustres ou plus obscurs prédécesseurs, c'est-à-dire, à ma façon. Je l'avais d'abord  dessinée à la mine conté noire de façon assez précise. J'ai souhaité lui donner une atmosphère à la fois mystique et propre à certains ciels bretons afin de donner une dimension forte et sacrée, bien en rapport avec le pays et ses traditions. Ainsi, le côté mise en scène "photographique" (avec les feuillages en haut au premier plan) ne sert qu'à placer une branche pour désigner le clocher et sa croix, sur un fond au blanc d'argent soutenu. Les herbes folles et le blé sauvage teinté légèrement de coquelicots prennent la forme de vagues rappelant la côte proche. Et les haies sombres encadrent la chapelle dans un souci de calme avec cependant l'éclat à droite des genêts.


10/06/2014
8 Poster un commentaire