La palette de Pierre

La palette de Pierre

De l'huile de coude pour peindre à l'eau !

pinceaux palette 2.jpg

 

"La peinture à l'huile c'est bien difficile mais c'est bien plus beau

que la peinture à l'eau..."

Eh bien non, justement, enfin pour la difficulté parce que si, c'est même très beau !

 

Il n'y a qu'à voir ce qu'il en est des horribles peintures monocouche destinées aux plafonds ; les acryliques (polymérisation en émulsion/dispersion de divers composants acryliques).

 

Non, vous ne vous trompez pas de rubrique, "je parle bâtiment aussi". Après tout, Raphaël avait bien peint des fresques en hauteur... 

Non, les tristes "crèmes" à passage unique prétendument rinçables à l'eau (essayez donc de nettoyer un rouleau puis ensuite vos mains et votre évier) ne vaudront jamais les belles couleurs à l'huile d'antan (Valentine, Tollens).

 

Alors pourquoi s'en passer ? Déjà, pour une histoire d'odeur. Triste siècle où rien ne doit sentir sauf les senteurs artificielles des désodorisants de Grandes surfaces. Ensuite parce que les pinceaux se nettoient à l'essence (autre vilaine odeur) et que ça abîme les mains. Enfin et surtout, pour le plomb contenu qui s'en prend à l'environnement. Enfin, ça fait marcher le commerce des contrôleurs de tout poil. Ne reste plus qu'à plonger dans une fontaine avec ses pigments pour voir l'effet ou à se murer chez soi, comme je le fais en goûtant aux joies interdites de la peinture à l'huile qui fleure si bon la térébenthine, l'huile de lin, le siccatif de Courtrai et l'huile d'oeillette. Allez savoir pourquoi ce qui est interdit aux fresques murales reste autorisé aux toiles de lin ou de coton ? 

 

Mais justement, tout n'est pas rose au pays de la peinture à l'eau (les acryliques et les vinyliques). Elles sèchent quasi instantanément et rendent difficile voire impossible la peinture d'un grand plafond. Il y aura des traces qui se cumuleront si l'on multiplie les passes. Ah mais il paraît qu'on peut peindre sans monter à l'escabeau (ce qui est d'ailleurs interdit ; douce France des réglementations) avec un rouleau télescopique. Bonjour la qualité du travail ! Elles ne tiennent pas si bien que ça, mais collent aux joints des fenêtres, les vilaines. Elles se retirent en lambeaux plastiques. Et elles ne sont pas du tout plus faciles à nettoyer que les glycéro (huile).

 

En résumé, il faut une sacré dose d'huile de coude pour peindre à l'eau.

 

Vous l'aurez compris, je préfère largement les avantages des bonnes vieilles peintures à l'huile. Côté avantage, elles sont faciles à diluer, à utiliser, à mélanger. Elles prennent leur temps pour sécher et permettent donc de couvrir de larges surfaces murales et de plafonds sans traces. Elles supportent parfaitement 2 à 3 couches. Elles sont opacifiantes et couvrantes. Elles se nettoient bien si on le fait rapidement. Alors quoi ? Elles sont nocives pour l'environnement (mais qu'est-ce qui ne l'est pas aujourd'hui ?) et elles sentent mauvais. Bouh !



25/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres