La palette de Pierre

La palette de Pierre

Fresque

atelier 70.jpg



 

 

 

 

 

 

 

 

Fresque

 

 

 

Le feu grégeois de leur amour

Enflamma l’écheveau de laine

Brûlant leur souffle à perdre haleine

En ces baisers du point du jour.

 

 

Aux Barbaresques, leur émoi

Ne trouverait semblable joute

Que dans la poudre qu’on ajoute

Au quart de rhum et dans la joie.

 

 

Bruissant de pourpre et de ferveur

Mêlant la braise de leurs bouches

Ils inclinaient leur tendre couche

Sondant l’abime des saveurs.

 

 

L’aube étreignit ces cheveux fous

Voilant leurs yeux de gratitude

Tressant des dunes d’attitudes ;

Pudibonde onde qu’on bafoue !

 

 

Le clapotis du vieux chenal

Vrillant la forge de leurs plaintes

Mouilla de suie l’ultime étreinte

Dans le fracas de l’arsenal.

 

 

L’île au trésor de leur désir

A conservé l’ancienne fresque

De leur noyade un rien mauresque

Dans le lagon de leurs plaisirs.

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Février 2016

 

 

 

 



10/02/2016
26 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 74 autres membres