La palette de Pierre

La palette de Pierre

L'écran

tv.jpg

 

L’écran

 

 

Il y a longtemps qu’il a pendu

Son bel Instamatic Kodak

Des plombes qu’il a dépendu

L’image de Michel Polac

 

Mais la télé de ses soirées

Jamais ne seront séparées

 

 

Belle lurette qu’il n’a ouï

La voix TSF à galène

S’est démuni, mais c’est inouï

De son sofa percé d’alène

 

Mais la télé de ses soirées

Jamais ne seront séparées

 

 

Un monde qu’il a entrepris

De classer ses cartes postales

Des lustres qu’il s’était épris

Des toilettes de ses vestales

 

Mais la télé de ses soirées

Jamais ne seront séparées

 

 

Trop souvent qu’il a regardé

Les vedettes de son enfance

Chasseur Français pour attardé

Vieux messieurs manquant d’espérance

 

Mais la télé de ses soirées

Jamais ne seront séparées

 

 

Ne s’en allait plus à l’usine

Ne recevrait plus son journal

Se réfugiait dans sa cuisine

Buvant, gobant tout le Journal

 

Mais la télé de ses soirées

Jamais ne seront séparées

 

 

Un siècle qu’il jeta le masque

De la tristesse ou de la plume

 Vieil auditeur jamais fantasque

Pestant en montant le volume

 

Mais la télé de ses soirées

Jamais ne seront séparées

 

 

Des émissions sur cinq colonnes

Du sport, son catch pour divertir

Échec aux courses, tristes félonnes

Météo pour ne plus sortir

 

Mais la télé de ses soirées

Jamais ne seront séparées

 

 

La TNT de bon matin

Rompit la chaîne, amour, passion

Silence aveugle, aucun potin

Le Poste est mort sans compassion

 

Quand la télé l’a rejeté

Par la fenêtre il s’est jeté

 

 

 

Pierre Barjonet

Juin 2014



24/06/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 74 autres membres