La palette de Pierre

La palette de Pierre

L'Ephèbe

https://static.blog4ever.com/2014/05/773720/e--phe--be-2.jpg

 

La ville d'Agde célèbre cette année les 50 ans de la découverte du fameux Ephèbe dont on s'accorde généralement à identifier Alexandre Le Grand. Magnifique bronze sorti des eaux de l'Hérault grâce aux efforts d'un des plongeurs d'une association locale. Voici d'ailleurs un lien vers l'information relayée par la presse régionale :  cinquantenaire de l'Ephèbe

 

J'ai composé ce poème en hommage à l'histoire, à l'art, à la mémoire de notre patrimoine mais aussi en considération du travail culturel ainsi porté par tant de bénévoles relayés dans leurs efforts par les collectivités locales.

 

J'en ai fait don à la ville d'Agde.

 

L’Éphèbe

 

 

Treize années suffirent à peine

Pour immortaliser l’élève

De tous, sa beauté était reine

D’Aristote, il était la sève

 

Et pourtant murmurait la plèbe

Alexandre a noyé l’Éphèbe

 

 

Brûlant chaque cité félonne

Jette son glaive au firmament

 Conquérant que l’on ovationne

Impose aux dieux le tutoiement   

 

Et pourtant murmurait la plèbe

Alexandre a noyé l’Éphèbe

 

 

Rois et divinité d’Égypte

Princes de Mésopotamie

Brisant couronnes dans la crypte

Venge et détruit leur infamie

 

Et pourtant murmurait la plèbe

Alexandre a noyé l’Éphèbe

 

 

Bâtisseur de cités fameuses

Inscrivant aux confins du Monde

Gloire et chants des conquêtes heureuses

Unies d’éternité féconde

 

Et pourtant murmurait la plèbe

Alexandre a noyé l’Éphèbe

 

 

Soleil d’Orient heurtant la Perse

Assoiffé repoussant l’Euphrate

La coupe est pleine qui le berce

Fauche la mort sinistre ingrate

 

Et pourtant murmurait la plèbe

Alexandre a noyé l’Éphèbe

 

 

Alexandrie tombeau doré

Laurier-rose de Babylone

Alexandre bel adoré

Félicité de l’art résonne

 

Et pourtant murmurait la plèbe

Alexandre a noyé l’Éphèbe

 

 

Mais c’est à Agde que l’Hérault

Offrit son lit à l’Apollon

Frissonne le chant du héraut

L’Éphèbe n’est pas Cupidon

 

 

Depuis, cinquante ans s’écoulèrent

Quand de la vase on retira

L’illustre Bronze, ils riboulèrent

 Alexandre les attira  

 

Magnifiée Agde s’exclama

Auréolé le bel Éphèbe

C’est toute une ville qui l’acclame

Alexandre a sauvé l’Éphèbe

 

 

Pierre BARJONET

Juin 2014



25/06/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres