La palette de Pierre

La palette de Pierre

Graal

Graal.jpg

 

Graal

 

Sous la chaleur des laies, son pas s’alourdissait

Il cheminait fébrile en cette tranchée verte

Dans la poussière des bois, son but s'accomplissait

Il n’aurait rien perdu, troublante découverte

 

Tout n’est que bruissements, plaintes d’étranges fées

Entravé par les lianes, emprisonne l’étreinte

Racines entremêlées, couronnes décoiffées

Meurtrie par les fougères, la folie n’est pas feinte

 

Le Graal avait trouvé, cet homme désabusé

Et l’amour de Morgane était porté aux nues

Il saurait enivrer ce chevalier rusé

Qui n’avait rien reçu des pieuses inconnues

 

Sous la tiédeur des berges, enfin lâcha son sac

Dans la torpeur du soir, radieuse apparition

Calice elle lui tendit, Viviane et l’eau du Lac

La coupe elle lui reprit, sombre disparition

 

 

Pierre Barjonet

Juin 2014

 



23/06/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres