La palette de Pierre

La palette de Pierre

Piano

piano 9.jpg 

 

 

 

 

5ème sonate de Beethoven

Maman sur son Erard, quart de queue

vers la fin de sa vie

 

 

 

 

Piano

 

 

Les quatre temps du vieux piano

N'avaient prédit sa destinée

Quand enfant jouant au meccano

Je m’abritais fort obstiné,

Dessous la table d’harmonie,

M’échappant sans cérémonie.

 

Ainsi couché sous mon Érard

Suivant la lyre et les pédales,

J’imaginais non sans cafard

Me perdre enfin dans le dédale

Des marteaux punissant les cordes

Plutôt que moi, je vous l’accorde.

 

L’instrument de bel acajou,

Par son clavier d’un pâle ivoire,

Aurait aimé que Pierre en joue,

Non plus par cœur ni par devoirs,

Et qu’il s’inspire du solfège

Égrenant de somptueux arpèges…

 

Maman le reçut pour son Bac,

Lui promettant la panoplie

De Beethoven, Mozart ou Bach,

Et d’aimer son timbre accompli

Durant sa vie pour la musique.

Mais s’ensuivirent d’autres physiques.

 

Je me souviens de ce Noël

Quand le sapin sur le couvercle

S’est enflammé brûlant tel quel.

Et la fumée qui nous encercle

En charbonnant douces peluches

A fait pleurer la jolie bûche.

 

Une autre fois, maman conta

Que sous les pieds servant de presse,

De faux papiers il décompta.

Durant la guerre qui l’oppresse,

En résistance magnifique

Jouera cet hymne mirifique.

 

Enfin, par delà les tourments

 Mon quart de queue cherchant virtuose,

S’offre aux buffets d’amis gourmands.

Mais en secret il est morose

Puisant la musique de chambre

Sur son pupitre au regard d’ambre.

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Juin 2015

 

 piano 12.jpg

 

Quelques photos prises du piano acquis en janvier 1933...

 

 



20/06/2015
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 74 autres membres