La palette de Pierre

La palette de Pierre

Poupées

poupées 2.jpg

 

 

Poupées

 

 

Quand les fillettes prirent leur envol

Laissant les jeux de l’insouciance

Premières Barbie jonchant le sol

De ce grenier, curieuse ambiance

 

Dehors leurs rires ont distillé

De jolies fleurs, charmantes roses

Qui à leur tour, ont mutilé

Tous ces poupons de cellulose

 

Leurs bras, les troncs, jambes et bassins

Pêle-mêle s’entassent et font la tête

Tristes fantômes, vils assassins

De ces baigneurs qui vont nu-tête

 

Mais c’est au cœur de ce décor

Entre poussière et araignées

Que se nichait un pur trésor

Fait de princesses et de poupées

 

Non pas de cire, non plus de son

Seulement biscuit et porcelaine

Riches atours jusqu’au chausson

Chaudes parures, gilet de laine

 

Toque de fourrure, plumes d’autruche

Châle de mantille, panier raidi

Cape en velours et sa capuche

Robe d’apparat en organdi

 

Trait de lumière dans la charpente

Par la clameur des yeux d’enfant

Quand les poupées de la soupente

Se sont levées se recoiffant

 

 

 

Pierre Barjonet

Juin 2014

 

 

 



18/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 74 autres membres