La palette de Pierre

La palette de Pierre

Rivales

marines 1.jpglune geneviève 1.jpg

 

 Quand la blonde rencontre la brune, et quand l'onde s'affronte aux cascades de flots déchainant leur passion, alors survient un duel intemporel...

 

Rivales

 

  

Les cieux lui offraient un miroir

Son ciel lui donnait son terroir

Les plages avaient de chauds atours

Ses rives brillaient tour à tour

 

D’autant plus belle était la scène

 

  

La nuit la voyant se pâmant

Ses astres perdant ses amants

Les vagues du plaisir l’ourlaient

Ses flots de désir l’inondaient

 

D’autant plus vaine était la gêne

 

 

L’alizé la parait d’azur

Ses berges revêtaient l’usure

Le sel sous ses dents de corail

Son teint sous couleurs de vitrail

 

D’autant plus claire était l’aubaine  

 

 

Le vent lovait sa chevelure

Son souffle emportait sa voilure

Le courant enflait son destin

Son cours se hâtait clandestin

 

D’autant plus noire était la haine

 

 

L’abîme avait couleur de jais

Ses fosses envoûtaient à jamais

Le lit de sable gémissait

Sa couche d’ocre s’enfouissait

 

D’autant plus sombre était la chaîne

 

 

L’orage activait sa blessure

Ses ondées donnaient la mesure

La houle portait ses sanglots

Ses remous s’agitaient par flots

 

D’autant plus vive était la peine

 

 

L’écume des nuages affolants

Sa brume sauvage volant

L’étrave de l’âme dérive

Sa dépression s’ancre à la rive

 

D’autant plus folle était la reine

 

 

La mer s’est jouée des sirènes

Sa rivale a fui ses arènes

La belle n’était qu’un mirage

Son reflet ancré au rivage

 

D’autant plus chère à nulle humaine

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Novembre 2014

 

 

 

 

 

 

 



05/11/2014
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres